L’émission politique : un sabotage en règle

C’est monté crescendo, mais l’Émission Politique diffusée en direct sur France 2 ce jeudi 30 novembre n’a pas dérogé à ses règles : un supplice cathodique et le sabotage d’un projet social et écologique : l’Avenir en commun.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas été -une fois de plus- épargné hier soir sur le plateau de Léa Salamé. Alors qu’un tel rendez-vous devrait être l’occasion de proposer et d’expliquer aux téléspectateurs un programme et un projet politique différents, les trois quarts du temps d’antenne n’a été que malveillance, donnant le sentiment d’un traquenard caractérisé. Et le ton a été donné dès l’introduction de l’émission qui évoquait une position prétendument floue de la France Insoumise sur les questions de laïcité.

Le premier obstacle de cette pénible soirée était l’intervention de François Lenglet qui a  préféré présenter le projet économique de la France Insoumise sous l’angle des dépenses en évitant soigneusement d’aborder les solutions qu’il présentait face à la menace d’une nouvelle crise financière. Mais François Lenglet, on le savait, préfère sacraliser la dette et son remboursement. Comprendre que la ligne défendue par Lenglet c’est l’intérêt des spéculateurs avant l’intérêt général. Ce dernier ne s’est d’ailleurs pas privé d’assimiler son programme économique à celui de François Hollande… en pire. Le patrimoine de Jean-Luc Mélenchon est un sujet qui n’a pas été oublié, l’obligeant à se justifier de nouveau sur la détention d’un appartement dans le dixième arrondissement de Paris et d’une maison de campagne. Il est vraii qu’à 66 ans, ce train de vie est vraiment dispendieux ! En revanche, le patrimoine sous-évalué d’Emmanuel Macron ou même celui de Marine Le Pen présentent étrangement moins d’intérêt.

C’est ensuite une rencontre organisée avec non pas avec un mais cinq agriculteurs favorables à l’utilisation des glyphosates sans que Jean-Luc Mélenchon ait pu développer sa vision de l’agriculture et s’étendre sur la l’utilisation des pesticides et les risques sanitaires qu’ils nous font courir. Cette rencontre a été surtout l’occasion de faire passer ironiquement Mélenchon pour un doux utopiste « vendeur de rêves pour gens en perte d’idées ». On est à peine à la moitié de la soirée que l’atmosphère devient déjà irrespirable !

Non monsieur Val, les insoumis ne sont pas des antisémites qui « se cacheraient derrière l’arbre républicain »

Philippe Val prend le relais avec ce qu’il faut de perfidie pour continuer de savonner la planche et monter d’un cran dans l’insupportable avec des soupçons d’antisémitisme de la part des Insoumis, en particulier la députée Danièle Obono.  Non monsieur Val, les insoumis ne sont pas des antisémites qui « se cacheraient derrière l’arbre républicain ». Ils défendent le vivre ensemble, la paix et condamnent tous les intégrismes. Ils refusent de prendre part à la stigmatisation des musulmans et la parole islamophobe libérée qui l’accompagne, qui ne font que nourrir un climat social déjà suffisamment délétère.

S’ensuit l’intervention d’une jeune dirigeante de startup en joaillerie, Pauline Laigneau. Cette ancienne d’HEC qui défraie la chronique dans Challenges, Les Echos, Le Point avait déclaré dans ce dernier qu’il fallait « jeter les 35h aux orties », est venue défendre la loi travail et le plafonnement des indemnités de licenciement. L’incarnation jupitérienne de la France qui gagne et que l’on peut croiser dans les gares…

Venezuela !

On enchaîne avec ce classique et comme autre témoin choisi Laurence Debray, fille de Régis Debray et de l’historienne Élisabeth Burgos. Cette dernière qui a tourné le dos aux convictions révolutionnaires de ses parents pour s’envoler outre atlantique et faire trader à Wall Street est d’ailleurs présentée comme macroniste dans le JDD. Celle-ci a donc assuré le service après vente de l’opposition au gouvernement vénézuélien. Jean-Luc Mélenchon a déjà tout dit sur le sujet. L’impasse est faite sur le rôle des États-Unis dans les désordres qui ont cours dans le pays et l’embargo qui a plongé le pays dans la misère. Face à la douceur, à la sagesse apparente de la jeune femme, difficile pour Jean-Luc Mélenchon de ne pas être coincé dans le rôle qu’on veut lui prêter.

On termine avec brio en la présence de monsieur Christophe Castaner, méprisant, mesquin, de mauvaise foi, osant parler de l’attitude de Jean-Luc Mélenchon envers les dirigeants africains quand on vient de voir le spectacle offert par Emmanuel Macron cette semaine à Ouagadougou. Osant reprocher à Jean-Luc Mélenchon d’avoir une idéologie, une vision du monde différente. Oui monsieur Castaner, nous avons une vision du monde différente de la vôtre. Nous défendons une société plus juste, plus respectueuse de l’environnement, plus solidaire et responsable. Ce n’est ni utopique, ni irréaliste. Certainement moins mortifère que votre politique fourbe.

On fera l’impasse sur la séquence creuse et psychologisante de Nathalie Saint Cricq pour souligner la maigre satisfaction d’avoir pu évoquer la manipulation grossière du JT de 20h de France 2 qui a déformé par un montage les propos de Jean-Luc Mélenchon et contraint la direction de présenter des excuses publiques.

La deuxième partie de soirée en présence de Clémentine Autain s’est considérablement enlisée dans le pathos. Un débat calamiteux voir nauséeux sur la laïcité et un malaise perceptible sur le plateau. Léa Salamé annonçait vouloir prendre de la hauteur. Malheureusement ce ne sont ni Amélie de Montchalin (députée LREM), ni Pascal Bruckner -qui a qualifié Mélenchon de « potiche talentueuse »- ou Bernard Kouchner qui ont permis d’atteindre cet objectif.

Pour conclure, cette « Émission Politique » n’apporte rien si ce n’est qu’un choix éditorial qui offre surtout aux téléspectateurs un lynchage en place publique au détriment d’un programme profondément humaniste et progressiste.

@StephGalliand

Auteur : Jocelyn L

Coanimateur du groupe d'action France Insoumise Paris 15 Grenelle, je m'occupe particulièrement de l'animation des réseaux sociaux et de notre présence sur le web. Mes centres d'intérêts sont les questions européennes, le droit mais aussi ce qui touche à l'environnement et les nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.