Velib’, SNCF… avec le privé ça finit toujours par dérailler !

© PHILIPPE LOPEZ / AFP

La gestion des velib’ par Smovengo est un fiasco. Depuis que l’entreprise a repris les vélos en libre-service, en trouver un de fonctionnel est devenu une mission impossible. En interne, les conditions de travail et de rémunération sont tellement déplorables que les salariés-e-s ont décidé de se mettre en grève. 

À l’origine de ce ratage historique, une décision de la Mairie de Paris qui a ouvert la gestion des velib’ au privé via une procédure d’appel d’offre. Rien de tel pour encourager le moins disant social aux dépens de la qualité du service public. Résultats : problèmes techniques qui s’accumulent, nombre de salariés divisé par trois et, inévitablement, conditions de travail dégradées.

La situation actuelle n’est donc pas étonnante. Elle l’est encore moins quand on connaît le pedigree de Smovengo, entreprise issue d’indigo, ex-Vinci Park. Sa filiale, Streeteo, a récemment multiplié les comportements frauduleux dans la gestion privatisée du contrôle du stationnement. Une troisième filiale du groupe continue quant à elle à se gaver dans l’exploitation des parkings municipaux.

Le désastre aurait pu être évité si le service avait été municipalisé dès le lancement de Velib’. Une expertise se serait naturellement constituée grâce à la permanence d’un personnel qualifié et au maintien des effectifs. Ils auraient alors été en mesure d’assurer la continuité du service et de s’adapter à l’évolution technologique  des vélos. Deux décisions s’imposent donc : la rupture du contrat avec Smovengo et la municipalisation du service Velib’ !

Pareil destin attend la SNCF si la réforme prévue par le gouvernement est appliquée. Mise en concurrence et privatisation ne se traduiront à l’arrivée que par une diminution des effectifs de maintenance, une multiplication des accidents comme ça a été le cas en Grande-Bretagne et, enfin, par la fermeture des petites lignes dites « non rentables »… Soutenons les cheminots, mobilisés pour défendre notre service public.

Le Service Après Vote de Danièle Simonnet – n° 24 – Juin 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.